samedi 28 mai 2016

Des retrouvailles troublantes, passionnantes et palpitantes...

samedi 28 mai 2016
Avis ravi sur "Troublantes retrouvailles" de Léane Coste paru chez  Harlequin HQN le 4 mai 2016 : il s'agit d'une collection qui propose des ebooks et valorise les auteurs francophones 

Tout d'abord, je je voudrais remercier chaleureusement Léance Coste qui me l'a offert : c'est non seulement super gentil de sa part mais je voudrais lui dire qu'en plus, non seulement son cadeau a été apprécié mais en plus, j'ai vraiment vraiment aimé son livre. D'ailleurs, s'il y avait une version papier, à peine terminé, je me le serais commandé de suite ^^ 

Voici la présentation de l'éditeur
Un ex séduisant.
Un désir puissant.
Des retrouvailles qui les marqueront à jamais.
Impossible. C’est la première pensée qui vient à l’esprit d’Elsa lorsqu’on lui présente le réalisateur qui va gérer le film adapté de son roman. Pourquoi le destin a-t-il décidé de remettre David Rybka, l’homme qu’elle a tant aimé, sur sa route ? Quinze ans après leur séparation, elle doit avouer que le charme de David est toujours aussi dévastateur : à la vue de ses cheveux noirs en bataille et de ses yeux sombres, elle sent déjà son cœur s’emballer. Non, elle ne doit surtout pas succomber. Cela nuirait au film. Et puis, il ne faut jamais ressortir avec un ex, c’est bien connu ! En plus, David n’est vraiment pas un homme pour elle… si ?


Mon avis :
Tout d'abord, il faut que je vous dise que j'ai a-do-ré ce roman. J'avais déjà beaucoup aimé son premier roman "Une proposition inattendue" (celui-ci est son deuxième) mais là, celui-ci est encore meilleur.

Pour tout vous dire, j'ai refermé la liseuse en gardant le sourire ;) ça fait du bien... (ma seule petite critique est que j'aurais aimé lire un épilogue : comme pour le premier roman, il n'y en a pas et cela me manque un peu car je me suis habituée à ces épilogues que l'on trouve maintenant quasiment partout) 

Donc, nous faisons connaissance avec Elsa et ô surprise, on apprend que la jeune femme est la romancière d'une "proposition inattendue" (titre en fait du premier roman de Léane Coste : déjà, ce clin d'oeil m'a déjà plu!!!! ) qui va être adapté au cinéma par un réalisateur très très connu David Rybka, et qui se trouve être son premier grand amour (elle ne sait pas que c'est lui qui va réaliser le film et ne le découvrira lors d'un rendez-vous avec l'équipe... lui, en revanche, sait! Il a accepté de le faire, parce que justement c'était elle)

On apprend qu'elle l'avait laissé tomber il y a 15 ans, malgré l'amour fou qui les liait, car elle ne se sentait pas à sa hauteur. Entre temps, elle s'est mariée et a eu deux enfants : Alex et Louise mais a divorcé. Elle a la garde des enfants. Son ex a l'air d'un crétin fini!
Lui, de son côté ,s'est marié et a eu aussi un fils qu'il ne voit pas beaucoup mais il fait du mieux qu'il peut... sans doute pour essayer de lui montrer, que lui aussi pouvait avancer.

Malgré leurs mariages respectifs, ils n'ont jamais réussi à s'oublier et ce tournage va être l'occasion de leurs retrouvailles : dans un premier temps, ils essaient de résister car la souffrance et les non-dits de leur rupture sont toujours là mais évidemment, la passion est plus forte que tout et ils succombent... ils s'aiment toujours.

Mais David est un réalisateur connu, en route pour l'oscar et surtout, on annonce son mariage avec une actrice connue : qu'est-ce que cela veut dire? comment peut-il dire à Elsa qu'il l'aime et envisager sa vie avec une autre? car on voit bien qu'il est sincère... 

Je n'en dirais pas plus parce qu'il faut le lire ce livre : outre les deux personnages principaux qui sont passionnants car terriblement humains et en même temps faisant rêver en bons personnages de romance qu'ils sont, j'ai aussi adoré les personnages secondaires : ceux qu'Elsa rencontre pendant ce tournage : Blaise et l'acteur que tout Hollywood s'arrache Brad Lewis mais aussi ses deux meilleures amies Caro et Eva... et qui font de cette histoire une vraie réussite. Evidemment, il y a la garce de service, celle que l'on déteste dans ces romans et qui est indispensable pourtant.

L'écriture, qui n'est pas sans rappeler une sorte de journal (en fait, on suit l'évolution du tournage et de leurs retrouvailles ou séparations), est vraiment intéressante car on ne s'ennuie pas un seul instant : non seulement, on suit leurs retrouvailles mais on a aussi accès aux pensées d'Elsa et parfois, c'est drôle ou émouvant. On ressent vraiment ce qu'elle pense et on est de tout coeur avec elle.

J'ai aussi adoré les clins d'oeil au premier roman de Léane Coste "une proposition inattendue" (que je vous invite aussi à lire, d'ailleurs) et à son métier : l'héroïne est comme elle, une institutrice (avec tout ce que cela suppose (merci Léane d'avoir réussi à glisser au milieu de tout cette belle histoire quelques remarques concernant la réalité du métier d'enseignant) et donc qui prend une année sabbatique pour devenir scénariste et accompagner le tournage de l'adaptation de son roman.

Bref, que dire de plus si vous n'avez pas compris que j'ai a-do-ré! ;) C'est une belle histoire pleine de tendresse mais aussi de passion : on passe par différentes palettes d'émotion (rire, tristesse, chaleur (certaines scènes sont hots), colère, tendresse, joie etc) car évidemment, si ces retrouvailles semblent bien parties, elles auront leurs obstacles... et parfois, l'on se surprend à vouloir les secouer, tous les deux. J'aimerais que Brad ait son histoire, il le mériterait d'ailleurs tant il est chou et sexy :) 

Donc, vite vite vite, procurez-vous le et lisez- le, vous ne le regretterez pas. C'est une belle histoire qui fait du bien et je vous promets que vous ressortirez avec le sourire après. :)

Bonne lecture

Pour vous procurez cet ebook sur Amazon, c'est ici : Troublantes retrouvailles

Quand un " Unmarked men grognon" rencontre une "Marked woman minipouss"

Voici mon avis sur l'excellent troisième tome de la non-moins excellente série "Marked Men" de l'Américaine Jay Crownover parue chez Hugo New Romance

Ce roman a été publié le 12 mai 2016 pour la version française et le 7 janvier 2014 pour la version américaine. Il est consacré à Rome (le frère de Rule, le héros du tome 1) et à Cora (la tatoueuse du salon "Marked" ) 

Présentation de l'éditeur
Intrépide et pleine de vie, Cora Lewis est aussi celle qui veille sur ses amis " bad boys " tatoueurs, dans le salon Marked où elle officie comme perceuse. 

Derrière son apparente joie se cache un coeur brisé et Cora est bien décidée à ne plus jamais se laisser embraser par une passion dévorante. Elle attend maintenant l'homme parfait, sans bagages douloureux ni histoire dramatique, avec qui elle pourra s'engager. Et elle rencontre Rome Archer.Sous ses airs rassurants d'ancien soldat, Rome est en fait têtu, autoritaire et rigide. Pas très " homme parfait " ! Et surtout il revient du front...

Si Rome avait l'habitude d'être le grand frère protecteur, le fils aimant, le bon soldat, aujourd'hui il n'est aucun de ces hommes-là. Traumatisé, il cherche un moyen de survivre et de reprendre le cours de sa vie, malgré les démons de la guerre qui le rongent. Pour cela, il pensait être seul, jusqu'à ce que Cora débarque dans sa vie et l'éclaire de mille couleurs.

Mon avis
Je vous le dis, les frères Archer ont vraiment quelque chose :) parce que Rome est vraiment vraiment tout aussi craquant, dans un autre style, que son "petit" frère Rule.

Pour ceux qui n'ont pas lu la série (et c'est une erreur qu'il vous faut vite corriger), ce tome 3 est ( bien que pouvant se lire indépendamment) la suite des deux autres et d'ailleurs, on reprend avec la scène que nous avions découverte dans l'épilogue du roman précédent consacré à Jet. Cette fois, elle fait donc l'ouverture...
Nous sommes chez Rule et Shaw à un barbecue : Rome, ex-soldat rentré d'Afghanistan est bien sûr invité chez son frère mais est d'une humeur plus que sombre si bien qu'il va provoquer la colère de Cora, la tatoueuse/perceuse du salon et accessoirement, celle qui protège tous ses p'tis gars (et donc leurs copines) : elle ne supporte pas l'ultime réflexion de Rome sur le bonheur et finit par lui renverser sa bière sur la tête! Evidemment, il ne réagit pas bien mais Rule et les autres gars volent au secours de Cora : il faut dire que Rome est un grand homme fort, baraqué, habitué aux combats extrêmes tandis qu'elle est plutôt petite, menue (d'ailleurs elle est surnommée Clochette par les garçons à la fois en raison de son physique mais aussi de sa capacité à être toujours là pour eux). Les mots et les insultes pleuvent et Rome quitte la soirée, encore plus taciturne qu'avant son arrivée. Il faut se souvenir qu'autant il semblait incarner la sagesse dans le tome 1, autant dans le tome 2, une fois le secret de famille sur Rémy (le jumeau de Rule) révélé, il était devenu un vrai "connard " (je cite) et l'on a envie de le secouer pour le remettre dans le droit chemin.

Evidemment, on comprend bien qu'il y a un problème et que Rome cache des blessures terribles : il est rentré il y a peu des combats et il en a gardé des séquelles aussi bien physiques (il avait été blessé dans le tome 1 et là, on le découvre couvert de cicatrices, ce sont ses tatouages à lui) que morales. Il ne sait plus quoi faire de sa vie car il a quitté l'armée et semble n'avoir aucune perspective d'avenir. Lui qui a toujours été le modèle et un pilier dans la famille Archer (comme à l'armée) vit très mal le fait d'avoir été tenu à l'écart du secret de Rémy : il ne comprend pas que ce dernier ne lui ait pas parlé de son homosexualité, que ses parents ne lui aient pas fait part de leurs soupçons et pire que sa mère ait si mal traité (donc sans raison) Rule pendant des années. Bref, il boit pour oublier, est agressif, est malheureux, fait des cauchemars terribles et pourtant, il garde tout pour lui ce qui le détruit progressivement... MAIS ses amis et Rule savent qu'au fond c'est un homme bien et qu'il faut juste qu'il se reprenne... Ils sont donc prêts à lui laisser le temps nécessaire.

Cora, elle, est une jeune femme avec un caractère bien trempé et surtout qui n'a pas sa langue dans sa poche : on l'avait rencontrée dans le premier tome où elle avait très vite sympathisé avec les filles, devenant une super amie pour Shaw et Ayd. C'est donc une jeune femme très originale, lumineuse, chaleureuse, vive et pleine de couleurs (elle a les yeux vairons, des tas de tatouages multicolores, des percings encore à de ces endroits (pffffffffffiouuuuuu je me cultive moi ^^ ) et en plus, elle a un coeur gros comme ça, s'occupant toujours de ses petits protégés. On sait aussi qu'elle avait souffert que son fiancé l'ait trompée et que depuis, elle cherchait l'homme parfait, quitte à mettre la barre très haute ce qui lui valait des discussions intéressantes avec ses amis qui essayaient de la raisonner. Elle a perdu sa mère jeune et son père, un marin souvent absent, a fait du mieux qu'il pouvait pour l'élever seul. Ils sont donc tout le contraire l'un de l'autre et jamais ils n'ont craqué pour des personnes de leurs styles respectifs.Et pourtant... sont-ils si différents que cela?

Evidemment, à première vue, le "capitaine  grognon" (surnom qu'elle va lui donner) n'est vraiment pas sur sa liste... MAIS un soir, alors qu'elle lui vient en aide (il est ivre mort et elle est la seule disponible pour venir le chercher), elle va le voir différemment (bon, elle a été dès le départ attirée par son physique, en même temps, un beau brun aux yeux bleus musclé, il y a pire, non?)  et ils vont finir par se rapprocher : ils finissent par coucher ensemble! Mais que va faire Minipouss (le surnom que, lui, lui donne) avec cette nouvelle équation? Rome le sombre est bien loin d'incarner son idéal masculin... Dans un premier temps, elle décide d'en rester là...
Pourtant, on l'a dit,  le soldat blessé et traumatisé, ours mal léché à ses heures,  est vraiment vraiment un homme bien et il va, aidé par la jeune femme mais aussi par Brite, un barman qu'il rencontre au début du livre et qui décide de lui faire confiance, se reconstruire progressivement... Il va donc s'investir dans cette relation mais va devoir se battre contre les peurs de Cora qui ne s'est jamais vraiment remise de la blessure causée par l'abandon de son fiancé. Mais le combat, ça le connait! Il ne renonce jamais!  Un événement imprévu va accélérer les choses et les aider à vaincre leurs démons respectifs.

Ce que j'ai aimé dans ce tome est tout d'abord qu'on retrouve Rule et Shaw : j'ai adoré ce couple dans le tome 1 et forcément, vu que Rule est le frère de Rome, on ne cesse de les croiser. On voit donc l'évolution de leur couple. Le tatoué me fait toujours autant craquer ; car malgré l'équilibre qu'il a trouvé dans sa relation et son amour pour Shaw, il est toujours le même : passionné, investi, fidèle, encore un peu fragile malgré son assurance affichée : bref, craquant, quoi :)

On croise un peu Jet mais davantage sa femme Ayd (les héros du tome 2) car on voit beaucoup Asa, le frère de la jeune femme qui va jouer un rôle assez important dans ce tome et va devenir ami avec Rome. Finalement, ce n'est peut-être pas, lui aussi, le crétin fini qui avait tant fait souffrir sa soeur dans le tome précédent. Il gagne à être connu... mais l'on sent bien que l'équilibre est fragile : il lui reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant d'être catalogué "gars bien"!  Quant à Ayden, elle est amie avec Cora et vit avec elle encore au début du tome, parce que Jet est souvent absent. On voit donc aussi l'évolution de son couple.

Autre point positif de ce tome 3, les autres Marked Men que l'on côtoie beaucoup plus : Nash et Rowdy dont j'ai vraiment hâte de lire les histoires : ils sont tous les deux attachants et prometteurs. J'aime beaucoup la relation qu'ils ont avec Cora et Rome, tour à tour les rassurant et les protégeant. Ce sont de vrais amis et qui ont eux aussi leurs secrets (d'ailleurs, on apprend l'un d'eux concernant Nash à la fin du tome 3... ce qui est logique vu que le roman suivant lui est consacré.  On croise aussi plusieurs fois la jeune femme qui sera sa future copine, suppose-t-on, Saint, infirmière, à l'hôpital, et qui elle aussi a ses secrets : par exemple, elle ne semble ne pas vouloir lui dire qu'ils se connaissaient avant : pourquoi? que s'est-il passé? lui, semble avoir oublié ou ne pas l'avoir su... en tout cas, il n'en a pas conscience et cela l'intrigue)

Enfin, ce tome voit l'apparition d'un autre personnage secondaire très intéressant : Brite le propriétaire du bar où Rome passe beaucoup de temps,  un ancien soldat lui aussi et qui va comprendre ce que vit Rome et va l'aider. C'est un homme assez mystérieux, qui a son propre passé et donc ses blessures mais qui va permettre à Rome d'aller de l'avant. Il nous introduit aussi à l'univers de bikers qui fréquentent son bar et une intrigue va se mettre en place avec eux.

Bref, vous l'avez compris, ce tome est excellent : vraiment riche à bien des égards. On a envie de consoler et d'aider ce soldat si sombre et qui souffre, cet homme qui a tant fait pour sa famille et son pays. Pour moi, parfois, c'est une sorte de gros nounours que l'on a envie de prendre dans ses bras (bon, vu la carrure, ça devrait être dur pour moi mais si Cora y arrive, en même temps, hein? ;) ) quand il craque mais sur lequel on n'hésiterait pas à se reposer en toute confiance, parce qu'il est prêt à tout pour défendre ceux qui comptent pour lui : à la fois fort et sensible, Rome Archer est vraiment le gars à connaître, une sorte de héros parfait, tendre et ténébreux et Cora a bien de la chance.
Quant à elle, ce petit farfadet qui bouge tout le temps, on a envie de l'avoir aussi comme amie tant elle se débat pour les siens et est lumineuse : sa franchise parfois un peu crue cache une véritable sensibilité et une jeune femme exceptionnelle qui vaut vraiment le détour, du moment que l'on ne s'arrête pas à la couleur de ses cheveux ou à ses tatouages et percings farfelus.

Une fois encore, donc, l'écriture de Jay Crownover m'a vraiment ravie : elle a une capacité à renouveler les histoires tout en restant fidèle à l'esprit de la série. Les personnages sont toujours aussi bons et attachants... Mieux, on gagne en profondeur à chaque fois en apprenant à les connaitre davantage. J'adore cet esprit des Marked Men et à chaque fois, en introduisant de nouveaux univers (ici, les soldats vétérans, leurs traumatismes  et leurs difficultés à retrouver une vie normale ou encore, les bikers et leurs lois si surprenantes), elle réussit à me rendre encore plus accro à sa série.

Evidemment, la relation entre Cora et Rome est belle car elle ne partait pas gagnée d'avance mais contrairement aux deux autres couples, comme lui est plus posé que les deux autres héros masculins des tomes précédents, malgré leurs blessures, leur histoire est presque plus simple et peut-être plus touchante... 

Donc, si je devais choisir entre les frères Archer, je serais bien embêtée ;) peut-être que je garderais Rule pour sa folie mais dans la vraie vie, je choisirais davantage Rome, plus posé mais aussi plus intense.

Alors, je vous le redis : foncez et allez vous procurer au plus vite ce tome (voire toute la série si ce n'est pas fait) vous ne le regretterez pas! Un vrai coup de coeur... et je vous le dis : vivement le prochain!!!! 

Bonne lecture :) 

Pour  vous le procurer sur Amazon (en ebook ou version papier) c'est ici : Marked men - saison 3 Rome

Pour retrouver mes avis sur les deux premiers tomes, c'est ici : 

Tome 1 : Rule :   http://solysbooks.blogspot.fr/2016/05/avis-sur-le-tome-1-de-marked-men-de.html
Tome 2 : Jet : http://solysbooks.blogspot.fr/2016/05/avis-sur-le-2eme-tome-des-marked-men-de.html

vendredi 27 mai 2016

Nouvel ebook gratuit en français

vendredi 27 mai 2016
Voici un nouvel ebook en français cette fois : il s'adresse à tous les fans de la série "Downton Abbey" puisqu'il s'agit du premier roman de l'auteur Julian Fellowes : "Snobs" (merci à Patricia pour l'info)  

Présentation de l'éditeur : 

 Snobs est le premier roman de Julian Fellowes qui a reçu en 2002 l'Oscar du meilleur scénario pour le film Gosford Park par l'Academy Award de Alen Parker.
Le narrateur est un comédien de second plan qui navigue avec beaucoup d'aisance dans les classes privilégiées tout en dénonçant leurs travers. Il va suivre les aventures de son amie, Edith Lavery, la jolie fille d'un expert comptable ayant relativement bien réussi, et de sa femme, éblouie par la haute société. Lors d'une visite au château Broughton Hall, Edith, standardiste dans une agence immobilière de Chelsea, fait connaissance du fils de la maison, Charles, comte Broughton et héritier du marquis de Uckfield. Célibataire, Charles gère les propriétés de sa famille dans le Sussex et le Norfolfk. D'après les chroniqueurs mondains, c'est un des célibataires les plus enviables, et enviés, de l'aristocratie anglaise.
Quand il la demande en mariage, Edith accepte, mais est-elle vraiment amoureuse de lui ? N'est ce pas plutôt de son titre, de son rang et de tout ce qui va avec ?

Remarque : Ce roman s'adresse aux fans de Jane Austen par son côté satire sociale et notamment sa critique mordante de la "haute" classe sociale et des arrivistes en tous genres.

Pour télécharger ce roman directement sur Amazon, c'est ici (attention à bien sélectionner le Kindle car il existe le format broché mais aussi semi-poche) : Snobs

Nouvel ebook gratuit en anglais

Bonjour, 

c'est bientôt le week-end :) Voici un nouvel ebook gratuit à télécharger chez Amazon :)

Il s'agit  du premier tome de la série Forever intitulé "Forever Innocent "  écrit par  Deanna Roy : il s'agit d'un New Adult.

Voici présentation de l'éditeur

"Our baby died on prom night, and nothing was ever the same again." Corabelle doesn't feel like any of the other college girls. On what should have been one of the happiest nights of her life, she and her boyfriend Gavin watched a nurse disconnect the ventilator from their seven-day-old baby. During the funeral two days later, Gavin walked out and never returned. 

Since then, her life has been a spiral of disasters. The only thing that has helped is her ability to black out whenever the pain gets too hard to bear, a habit that has become an addiction. 

When Gavin shows up in her astronomy class four years later, he is hell-bent on getting her back, insisting she forgive him. Corabelle knows she can't resist the touch that fills the empty ache that has haunted her since he left. But if he learns what she has done, if he follows the trail back through her past, her secrets will destroy their love completely. And once again, she'll lose the only person who always believed she was innocent. 

Mon conseil : il s'agit d'une histoire de 2ème chance après une perte terrible (la mort d'un enfant)  : belle histoire en perspective... De plus, il s'agit d'un premier tome, moi, j'aime les séries donc, comme c'est gratuit, vous ne risquez rien à essayer ;) 

Bonne lecture :) 

Pour télécharger directement l'ebook, c'est ici : Forever Innocent (The Forever Series, Book 1)

jeudi 26 mai 2016

Petit bonsoir du soir et conseil...

jeudi 26 mai 2016
Bonsoir
je suis bien occupée ces jours mais je ne vous oublie pas

A venir, l'avis sur le troisième tome des Marked Men... publié chez Hugo New Romance et tout aussi génial que les précédents. Pour le moment, Rule reste mon favori mais Rome arrive en 2ème position.

Pour vous procurer le livre sur Amazon, cliquez sur le lien :Marked men - saison 3 Rome 




 Sinon, je vous invite aussi à découvrir le deuxième roman de Léane Coste "Troublantes Retrouvailles" publié chez Harlequin HQN : je l'ai commencé ce jour entre deux choses à faire et je suis déjà emballée par le style et l'histoire :) c'est très frais, drôle et le couple est déjà hot, prometteur et leurs retrouvailles m'amusent beaucoup... vraiment, c'est une réussite! j'avais beaucoup aimé le premier mais celui-ci me plait encore plus. Je vous le conseille vraiment... Un avis plus détaillé sera aussi publié dans les prochains jours.


Pour commander l'ebook sur Amazon, cliquez ici : Troublantes retrouvailles (HQN)




A demain pour de nouveaux conseils... :) 

mercredi 25 mai 2016

Sorties du jour chez Harlequin

mercredi 25 mai 2016
Voici les sorties du jour chez Harlequin France  et Harlequin HQN

Le tome 2 de l'excellente série Neons Dreams "Loving Dallas" de Caisey Quinn qui se déroule dans l'univers de la musique : (ebook ou version brochée)

Présentation de l'éditeur :
Certains liens sont faits pour être éternels
Pour certains, Dallas Lark est le prochain grand nom de la scène musicale, pour d’autres, il est juste un guitariste incroyablement sexy et follement talentueux. Pour moi, il sera toujours « Lui ». Celui qui m’a fait découvrir l’amour avant de briser mon cœur en un million d’éclats. Alors, quand il rejoint la tournée sur laquelle je travaille, mon cœur et mon esprit se lancent dans une lutte acharnée. Faut-il y voir une seconde chance de bonheur ou juste un cruel tour du destin ?
Je le saurai bien assez tôt. Car, malgré ma peur, je sais déjà que je vais foncer tête baissée.
Inutile de nier l’évidence : je suis à lui. Je n’ai jamais cessé de l’être.

Pour certains, Dallas Lark est le prochain grand nom de la scène musicale, pour d’autres, il est juste un guitariste incroyablement sexy et follement talentueux. Pour moi, il sera toujours « Lui ». Celui qui m’a fait découvrir l’amour avant de briser mon cœur en un million d’éclats. Alors, quand il rejoint la tournée sur laquelle je travaille, mon cœur et mon esprit se lancent dans une lutte acharnée. Faut-il y voir une seconde chance de bonheur ou juste un cruel tour du destin ? Je le saurai bien assez tôt. Car, malgré ma peur, je sais déjà que je vais foncer tête baissée. Inutile de nier l’évidence : je suis à lui. Je n’ai jamais cessé de l’être.

Pour commander le roman directement chez Amazon : Loving Dallas #2 Neon Dreams: LA romance New Adult incontournable

 Be Mine de N.C Bastian  (en ebook uniquement)  qui se déroule dans l'univers des Bikers
Présentation de l'éditeur
Kim
Cinq ans… et j’ai toujours aussi mal. Se remet-on vraiment un jour de la perte de son premier amour ? Je n’en ai aucune idée. Ce que je sais, en revanche, c’est qu’Alex m’a détruite. En même temps, notre histoire était trop belle pour être vraie. Pourquoi le plus beau biker du Dakota se serait-il rangé pour une simple fille comme moi ?Aujourd’hui, je suis de retour  mais j’ai tourné la page. Les contes de fées, c’est terminé. Je n’y crois plus. Et je ne me ferai plus avoir. Je ne céderai pas à la force des sentiments que j’éprouve toujours pour Alex malgré moi. A aucun prix.
Alex
Cinq ans… et l’absence de Kim est toujours aussi insupportable. Inexplicable. Inattendue. Je n’ai rien compris. Rien. Pourquoi ma Kimi est-elle retournée en France précipitamment ? Sans un mot, sans un regard en arrière. Elle a tout plaqué, et moi aussi par la même occasion.
Mais, maintenant qu’elle est revenue dans le Dakota, c’est enfin l’heure des explications. Et rien ni personne ne pourra la tenir éloignée de moi plus longtemps. Elle est à moi.  A moi. 

Pour commander directement chez Amazon :Be Mine (HQN)


Le tome 4 de la série "l'initiation de Claire : "Accepter" de Valery K. Baran  (uniquement en ebook) 

Présentation de l'éditeur : 
Pourra-t-elle suivre Mathieu jusqu’au bout ?

Marquer. Un mot qui tourne en boucle dans la tête de Claire. Mathieu a dit qu’il voulait la marquer. Elle a cherché sur Internet ce que cela signifiait pour les adeptes des plaisirs douloureux. Tatouage, marquage au fer, scarification… Depuis, elle ne peut s’empêcher d’imaginer le pire. Elle a déjà tellement évolué ces derniers temps, pourquoi ne s’en contente-t-il pas ? Pourquoi Mathieu la pousse-t-il toujours plus loin ? Depuis leur rencontre, Claire sait qu’elle a changé ; elle est plus épanouie, plus en phase avec elle-même. Mathieu lui fait du bien… Mais avec cette nouvelle demande, il se pourrait bien qu’elle ait atteint sa dernière limite. Celle qu’elle ne pourra pas franchir.

Pour commander directement chez Amazon :L'initiation de Claire - Accepter (tome 4)

mardi 24 mai 2016

Bientôt chez vous ou en librairie

mardi 24 mai 2016
Le troisième tome de la série Pucked bientôt publié en France chez City Editions 

Après Hard Boy  publié le 6 janvier 2016, après Perfect boy publié le 11 mai, le troisième tome de cette série très sexy et hot, est annoncé pour août 2016. Il existe un quatrième roman non annoncé pour le moment et qui nous fait assister au mariage du couple du tome 1.

Cette série se passe dans l'univers du hockey... et est  vraiment très sympa : lorsque je vous publierai l'avis du tome 2, j'en profiterai pour revenir sur ce tome 1.

Mon conseil : si vous ne connaissez pas, foncez! c'est vraiment vraiment très drôle... si vous avez aimé la série "Chicago stars" de Susan-Elzsabeth Phillips qui se passe, elle, dans l'univers du football américain, vous ne pourrez que craquer aussi sur celle-ci car en plus, elle manie l'humour en plus de jolies histoires sexys (je me répète mais croyez-moi, même dans ces scènes-là, on rit de la verve de l'héroïne du tome 1, par exemple ) 





Liens vers les tomes :

Tome 1 :Hard boy
Tome 2 : Perfect boy
Tome 3 en anglais : Pucked Over

Tome 4 en anglais : Forever Pucked (The PUCKED Series Book 4) (English Edition)

Nouvel ebook en anglais gratuit

<a rel="nofollow" href="http://www.amazon.fr/gp/product/B00M7C185A/ref=as_li_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=6746&creativeASIN=B00M7C185A&linkCode=as2&tag=solysbook-21"><img border="0"
Voici un nouvel ebook gratuit en anglais :  The substitute de Denise Grover Swank 

Il s'agit du premier tome d'une série "the wedding pact

Résumé : 

Megan Vandemeer meant to tell her parents about her broken engagement, but a month and a half later she finds herself boarding a plane home to her wedding. Having stretched avoidance to its limits, it's time to come clean--a terrifying prospect since her mother is sure to blame her rather than her cheating, emotionally frigid ex. A couple of drinks and two Dramamine later, Megan finds herself spilling her sob story to the tall, dark, and handsome stranger in the seat next to her. 
With only one week left to save his business, Josh McMillan boards a plane to Kansas City in a last-ditch effort, leaving the details to chance. An unexpected answer is delivered in the form of the beautiful brunette beside him. Though she’s completely loopy, her honesty, openness, and humor charm him. So when she passes out before landing, he helps her off the plane--a good deed that leads to a colossal misunderstanding. Her parents assume he’s her fiancé. In a twist of fate, the mix-up might help Josh save his business, so he plays along, figuring he can help Megan too. All he has to do is stage a public break up convincing enough to appease her mother.  

Josh is only supposed to be a substitute groom, but the more time he and Megan spend together, the more their pretend engagement starts to feel real…and the less they want to break it off. Can a relationship that began as a farce turn into happily ever after? 

Mon conseil : c'est toujours sympa de découvrir des histoires familiales où chaque frère ou soeur à sa propre histoire ;) 

Bonne lecture 

Lien ici : The Substitute: The Wedding Pact #1 (English Edition)

lundi 23 mai 2016

Mot et biographie de Bernard Simonay

lundi 23 mai 2016
Bonsoir à tous : entre la journée très longue de travail et cette mauvaise nouvelle, je n'ai guère eu le coeur à poster aujourd'hui! Mais la vie continue : ce ne serait pas rendre hommage à Bernard Simonay que de déprimer : il aimait trop la vie pour ça! 

Afin que vous vous rendiez compte de l'humaniste, de l'homme et de l'écrivain engagé et exceptionnel qu'il était, je vous poste sa biographie qu'il avait rédigé, lui-même... 

Demain, je reprendrai mes posts et mes publications : je suis contente en relisant les derniers messages que nous avions échangés début mai de savoir que mon article lui avait beaucoup plu. Je reprendrai cette pensée de Montesquieu que j'ai fait mienne depuis longtemps " Je n'ai jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait dispersé. "

Au revoir Bernard, vous me manquerez beaucoup... Je continuerai à faire étudier vos romans, à parler de vos livres et je conserverai précieusement toutes nos discussions, rencontres et échanges... Vous étiez un homme rare, comme il en existe peu!

Amis lecteurs, vous retrouverez sur le blog prochainement de nouveaux articles sur ses romans car oui, je les ai tous et certains pour moi, sont incontournables et doivent être lus. ;) 

Bonne soirée 

Soly 

Biographie de Bernard Simonay rédigée en janvier 2015 par lui-même :
 http://www.bernardsimonay.fr/biographie.html

Mes lecteurs ne m’en voudront pas. Bien que je sois né sous le signe du Lion, signe réputé pour son goût de la parade, je n’aime pas trop parler de moi. Mais pour répondre à la demande de quelques curieux, voici quelques informations personnelles. 
Je suis né six ans après la guerre (la Deuxième, la plus meurtrière; et Mondiale, qu’elle était, la guerre !) Cela veut dire qu’en regardant en arrière, c’est comme si la guerre s’était terminé en 2009, ce qui n’est pas très loin, somme toute. Finalement, je l’ai échappé belle ! Né six ans plus tôt, j’aurais pu prendre une bombe sur le tournant de la pomme. Ce qui eût été fort contrariant pour les humeurs!
J’ai donc été conçu au cours de cette joyeuse période que l’on a appelé ultérieurement le « baby boom ». Une période qui en a amené une autre, un peu moins rigolote, celle-là, que l’on nomme aujourd’hui, le « papy boom ». Traduction : arrivée à l’âge de la retraite de tous ces babies concoctés dans l’euphorie du retour à la paix. Des papys et des mamys pour lesquels il va bien falloir se débrouiller pour payer leur retraite. 

Mais revenons au début. 1951. Et la suite…
J’ai eu la chance extraordinaire d’avoir des parents en or, qui m’ont élevé dans un esprit d’indépendance et de liberté, avec beaucoup beaucoup d’affection. Aujourd’hui, ils ont rejoint les étoiles, et ils me manquent. Mais ils me rendent parfois visite, la nuit, dans mes rêves, et cela me fait du bien de pouvoir les serrer encore un peu dans mes bras. Je ne les remercierai jamais assez pour tout ce qu’ils m’ont apporté. 
Je suis né à Paris, qui était alors vraiment la plus belle ville du monde. De nos jours, faut admettre, elle a un peu perdu de son charme…
Je suis donc un vrai Parisien. Si, si ! J’ai des origines parisiennes, mais aussi ch’tis, alsaciennes, franc-comtoises, et surtout, surtout ! bretonnes. D’ailleurs, je connais un peu le breton. Essentiellement les jurons, que ma grand-mère paternelle m’enseignait bien involontairement quand j’étais petit. Ca se retient bien les jurons…
Ma famille habitait Beauchamp, dans un département aujourd’hui disparu : la Seine et Oise (78). Le numéro est revenu à un lambeau de ce département, les Yvelines, ce qui explique pourquoi celles-ci ne sont pas à leur place du point de vue alphabétique. Beauchamp, c’était la campagne, avec des rues qui n’étaient encore que des chemins de terre. Les petites villes étaient séparées par des champs et des bosquets que l’on appelait pompeusement forêts. Ce n’est pas une blague! Il y avait des bois, des champs, avec de vrais légumes et de vrais arbres! Et des sangliers, des cerfs, des chevreuils, des écureuils, tout plein de bestioles sympathiques. Mon papa m’emmenait souvent leur rendre visite. Là, à moins de deux kilomètres de la maison, il me montrait une grotte où avaient vécu des hommes préhistoriques (c'est vrai, il y avait encore des traces de feu de camp!) et une vieille borne romaine rebaptisée "rocher du conseil aux renards". Il me disait que la nuit, les renards s'y réunissaient pour y écouter le plus ancien parler et régler les problèmes. Et j'y croyais. La preuve, je m'en souviens encore. Moi, j’imaginais que ces forêts, qui me semblaient immenses, étaient peuplées de loups féroces et de sorcières, parfois d'indiens sur le sentier de la guerre, de trappeurs venus tout droit des sylves américaines (et des livres qui me tombaient sous les yeux. Merci, monsieur Fenimore Cooper!) Les sangliers irascibles coursaient les promeneurs du dimanche un peu trop téméraires. Les noms de ces forêts trottent encore dans ma mémoire : le bois de Barachin, de Portalis, la forêt de St Leu, celle de Montmorency…) La dimension de ces forêts aurait fait hurler de rire l’ami Fenimore évoqué plus haut. Mais pour moi, c’était déjà un monde d’évasion dont mon imagination déjà fertile repoussait les limites à l’infini. 
Aujourd’hui, ces bois n’existent plus. On a tué les arbres et à la place, on a fait pousser des usines, des immeubles et des autoroutes. Toutes choses bien utiles à entretenir la pollution. Il n’y a plus de sangliers, mais des locataires non moins irascibles…

J'ai fait quelques études... 
Mat sup (maternelle supérieure) à Colombes en... il y a longtemps...
Ecole primaire à Beauchamp, entre 1957 et 1960. J’ai même sauté le CE2. Youpi! Mais ce ne fut pas forcément une bonne idée.

Ensuite, j'ai fréquenté un Collège d’Enghien les Bains, un établissement qui n'existe plus de nos jours. Comme il était situé boulevard d'Ormesson, et que les élus de l’époque débordaient d’imagination, on l’avait appelé… le collège d’Ormesson (Sacré Jean ! Il était déjà célèbre à l’époque. Ah non, ce n’était pas lui ? ) J’y ai eu de bons profs, même s’ils étaient sévères. Mais l’endroit ressemblait un peu à une prison. Triste et gris. Il ne donnait pas franchement envie. Nous étions quarante par classe, et il ne serait venu à personne l’idée de faire le clown pour faire rigoler les copains. Les profs avaient la baffe et l’heure de colle faciles. Le collège est l'apprentissage de la survie en milieu hostile.
Malgré tout, j’en suis sorti vivant, nanti du BEPC et d’un autre diplôme que j’avais tenu à passer même s’il n’avait plus aucune valeur à l’époque : le Certif ! Eh, oui, j’ai mon certificat d’études et c’est de ce diplôme dont je suis le plus fier. Sans doute parce qu’il a été supprimé. 
Pour aller de Beauchamp à Enghien, il fallait prendre le train. Et dans les années soixante, il y avait encore des locomotives à vapeur. Lorsque j’ai raconté ça à mes enfants, mon fils (né en 1977) m’a regardé avec des yeux ronds et m’a demandé : « t’es si vieux que ça, papa ? » 
Lycée: Lycée Van Gogh, à Ermont, où j'ai eu mon bac, série C (Maths-Physique), en 1970. Sympa, ce lycée. J’en conserve de bons souvenirs. Mais c’est souvent le cas pour le lycée. Les classes étaient grandes, claires. Il y avait de la place. Et c’était mixte. Enfin on ne séparait plus les garçons des filles. Il est tout de même plus agréable d’être entouré de frais minois féminins que de museaux de mâles toute la journée. Dire qu’il y a des crétins qui veulent revenir en arrière aujourd’hui. Encore un coup fourré des intégristes effrayés par les femmes, sans doute.
Le bac en poche, je me suis dirigé sans trop me poser de questions vers une faculté de Maths et Physique, à St Denis. J’y suis resté deux ans. J’ai arrêté au début de la troisième année pour des raisons de santé, puis de mariage, une fois remis sur mes papattes.
Je n'avais pas été correctement orienté. J'aurais dû être dirigé vers une section littéraire, mais la section "A" était le parent pauvre de l'éducation nationale! J’étais pourtant passionné par l’Histoire. 
Déjà, à l’époque, j’écrivais… Mais je n’en parlais pas.


L’écriture, je suis tombé dedans quand j’étais petit....
Doté d'une imagination galopante, nourrie à la substantifique moelle des romans de Jules VERNE, de James Oliver CURWOOD, de René BARJAVEL, Robert MERLE, abreuvé de westerns, de films d'aventures, de cape et d'épée, d'histoires de pirates, de péplum et autres dessins animés, j'ai eu envie très tôt de faire du cinéma. (Non pas en tant qu'acteur. Les lèvres pulpeuses et les poitrines généreuses des actrices ne me travaillaient pas trop quand j’avais dix ans), mais en tant qu’auteur-réalisateur. On ne doute de rien, à cet âge-là ! Malheureusement, le milieu du cinéma était comme un mirage inaccessible. Alors, j'ai commencé à coucher sur le papier les histoires qui me passaient par la tête. C’étaient des aventures de cow-boys, de pirates, de chevaliers, avec moult méchants à trucider et autant de jolies princesses (de dix ans !) à sauver. Et à force d’écrire, – avec beaucoup de difficultés au début –, je suis tombé amoureux de la langue française. Et j'ai continué à écrire, pour le plaisir. Sans penser à être publié plus tard. Pour moi, les écrivains étaient comme les acteurs: des extra-terrestres!
Mais il fallait bien vivre. Après avoir abandonné mes études, j’ai commencé à travailler. Je devais nourrir la famille que je venais de fonder… Je passe sur les différentes activités « alimentaires » que j’ai occupées et dont la plupart ne m’ont pas laissé de souvenirs impérissables.
Avec le temps, j'ai commencé à nourrir le vague espoir d'être un jour publié, mais je n'y croyais pas trop.

Mais finalement, je suis devenu écrivain...
Passionné par la Science-Fiction, j'ai commencé à écrire des romans dans ce style, tous parfaitement impubliables. Jusqu'au moment où j'ai écrit PHENIX. Cet ouvrage m'a demandé cinq ans de travail. Mais comment faire publier un manuscrit de près de 900 pages? Surtout en étant français! Plusieurs fois, on m'a répondu: Ah, si au moins vous étiez américain ! Ben voyons !
J'ai eu alors la chance, en 1984, de rencontrer Annick Béguin, qui tenait la librairie COSMOS 2000, rue de l’Arc de Triomphe, dans le 17ème arrondissement. Les habitués s’en souviendront immanquablement. Annick a aimé Phénix et m'a guidé dans mes démarches. Finalement, le troisième éditeur contacté, Jean-Paul Bertrand, directeur des Editions du Rocher, a décidé de le publier. Même si je n'étais pas américain... Il ne l’a pas regretté. Et moi non plus. 
Jean-Paul quitté ce monde en juillet 2011. Nous ne travaillions plus ensemble depuis quelques années, mais je lui garde une place dans ma mémoire et mon affection, avec un grand merci. Il fut le seul à l’époque à prendre le risque d’éditer un parfait inconnu, auteur d’un énorme pavé de « science-fiction », et « malheureusement » français. Mais Jean-Paul aimait relever les défis. Nous avons publié 19 romans ensemble. 
Le premier, Phénix, est paru le 21 août 1986. Et ce fut le début d'une aventure formidable. Aujourd'hui, je vis de ma plume. Mon trentième-cinquième roman, L'OR DU SOLOGNOT, doit paraître fin avril ou début mai 2014 chez Calmann-Lévy, où j’ai suivi une grande dame de l’édition, Jeannine Balland.

Quelques infos, comme ça :
Je suis marié avec une fée, Viviane. J'ai trois enfants, Michaël, Lily et Sophie. Depuis le début 2008, j'ai aussi 2 petits-enfants, deux garçons, Louka et Sandro. Plus une petite fille, Lilou, venue au monde le 30 juin 2011...

Et encore...
Signe astrologique: Lion ascendant vierge (ou chat, compagnon dragon dans l'astrologie chinoise). Je dis ça pour les amateurs. Mais je n'y crois pas. 
J'aime la loyauté, le courage, la fidélité. Je suis indépendant et n'appartiens à aucune religion ou à quelque mouvement politique que ce soit. Je suis libre et entends le rester.
J'aime la campagne, le calme, les arbres, la mer, le soleil et un bon whisky irlandais après une bonne journée d'écriture... Je suis gourmand et j'ai quelques kilos à perdre... Mais je me soigne! Enfin, quand je peux...
Je déteste : les lâches, les égoïstes, les individualistes, les fanatiques, les frimeurs, les imbéciles, les gens superficiels... Ca fait du monde! Cependant, quelqu'un a dit, je crois que c'est Pierre Desproge, "il ne faut pas prendre les gens pour des cons! Il y a déjà tant de cons qui se prennent pour des gens!"
Je déteste aussi les crétins irresponsables et les inconscients qui se foutent de l'avenir de la planète. Voir LA TERRE DES MORTS et LE SECRET INTERDIT... Et le petit dernier: LA PROPHETIE DES GLACES.
Je n'ai guère de considération pour les hommes politiques et plus généralement les hommes de pouvoir. Ces braves gens ne devraient jamais perdre de vue que « sur le trône le plus haut du monde, on n’est jamais assis que sur son cul ». Et relire l’ami Montaigne qui a écrit cette belle maxime…

Il existe heureusement, en compensation, des hommes et des femmes d'exception, généreux, passionnants, qui nous réconcilient avec l'espèce humaine et nous enseignent à aimer la vie. 
Alors, ne perdons pas de vue que cette planète est magnifique, étonnante, magique, inattendue, grandiose, déroutante. Un cadeau merveilleux que nous ont fait la Nature, les Dieux, la Providence, appelez ça comme vous voudrez. Respectons-la. Et profitons avec sagesse de tous ces trésors que nous propose la Vie…

Carpe Diem...

                                                                              Biographie faite par Bernard Simonay lui-même (lien vers son site qui je l'espère continuera d'exister grâce à ses enfants ou sa famille : http://www.bernardsimonay.fr/index.html ) 

Décès de Bernard Simonay

Il y a quelques jours, je vous avais parlé du dernier roman de Bernard Simonay "meutres d'outre-tombe" : ce soir, je viens d'apprendre par son compte facebook qu'il est décédé.

Je savais qu'il était malade mais j'avais bon espoir et lui aussi : nous avions échangé il y a peu des messages.

Je suis très triste car j'avais lié de vrais liens d'amitiés avec lui et il était venu plusieurs fois rendre visite à mes élèves...

Outre l'écrivain de talent, c'était un homme profondément bon et généreux. La photo qui est liée ce message très triste en est la preuve : un regard franc, un sourire lumineux et vraiment quelqu'un d'adorable.  Il me manquera à bien des égards...

Je pense très fort à sa famille


Au revoir Bernard et merci pour tout ce que vous m'avez apporté ces années : vous me manquerez beaucoup!