mercredi 11 décembre 2019

Un huitième tome encore plus que réussi et addictif au possible

mercredi 11 décembre 2019
Pas de besoin de le dire, si vous me suivez, je suis une fan de la série " les enquêtes du commandant Gerfaut" de Gilles Milo-Vacéri, publiée aux éditions du 38 et le dernier tome « L'honneur du Samouraï », sorti le 6 décembre, ne fait pas exception et je dirais même que, pour moi, c'est l'un des meilleurs de la série. 
En effet, l'on retrouve tous les ingrédients qui font la marque de ces polars : une voire plusieurs enquêtes passionnantes, une connaissance pointue du milieu dans lequel se déroule l'intrigue (en l'occurrence, ici, je devrais dire un pays puisque comme son titre l'indique, ce roman est lié au Japon) et surtout, des personnages uniques auxquels nous sommes attachés (que ce soit Gabriel, notre commandant préféré au caractère bien trempé et policier atypique mais aussi ses deux seconds, Adriana et Paul, qui lui sont indispensables ou encore son supérieur, appelé affectueusement « le Vieux » mais aussi son ami, le commandant Enzo Battista qui intervient, une nouvelle fois, dans cette histoire etc.) et une petite  touche de fantastique, voire d'ésotérisme (moins présente cette fois, ceci dit). 
 De plus, si vous avez lu les précédents tomes, vous savez qu'à partir celui-ci, (si ce n'est pas le cas, ne lisez pas ce qui suit !!!!)  ;) il y a une nouvelle donne puisque Gabriel et Adriana se sont enfin avoués leurs sentiments à la fin du tome sept et qu'en plus de leur collaboration au sein de la police, ils vivent donc une vie de couple et bien évidemment, ils ne peuvent laisser transparaître leur amour au travail afin de ne pas être séparés : seuls Paul et bien sûr, Gustave Marcelli, leur supérieur (ou "Le Vieux") mais aussi Enzo Battista sont au courant. J'étais donc impatiente de voir si cette nouvelle relation allait interférer dans leur travail…
 Pourtant, il nous faudra attendre un petit peu avant d'avoir cette réponse puisque le début de ce roman se déroule au Japon et pourrait en déstabiliser quelques uns (mais vous vous doutez bien qu'il y a une raison à cela) et qu'ils n'apparaissent qu'un peu plus tard dans le roman. En tout cas, c'est un nouveau cycle qui commence puisque ces deux-là ont réglé cet aspect et donc qu'on passe à autre chose (ben oui, ça faisait 7 tomes qu'on attendait ^^ ). 

  J'ai reçu ce roman, en service presse, avant sa sortie et comme toujours, je remercie Anita pour son emploi et sa confiance. Bien évidemment, il rejoindra, lui aussi, ma bibliothèque comme tous les autres.

Présentation de l'éditeur :

À la fin de l'année 1945, après la défaite du Japon contre les États-Unis, tous les sabres appartenant aux Japonais doivent être remis aux forces d’occupation américaines. C’est ainsi que le célèbre Honjo Masamune, un katana forgé au XIVe siècle, disparaît.
En juin 2019, le précieux sabre réapparaît à Paris dans une vente d’objets volés. L’ayant saisi, le gouvernement français décide de le rendre au Japon et invite la famille impériale. En attendant, le katana et les antiquités récupérées sont exposés au Louvre.
Lors du transfert du Honjo Masamune vers l’ambassade du Japon, un commando armé massacre l’escorte et le sabre est à nouveau dérobé. Le commandant Gerfaut et ses adjoints sont missionnés pour éviter l’incident diplomatique, mais des attentats sont commis contre la famille impériale.
Qui a volé le katana d’une valeur inestimable ? Qui veut assassiner le prince Daisuke ?
Gerfaut devra se familiariser avec le Bushido, le code d’honneur des samouraïs, pour affronter les fantômes surgis du passé...
L'Honneur du Samouraï est la 8e enquête du commandant Gabriel Gerfaut.

Mon avis : Comme vous l'avez compris, il sera très positif car j'ai adoré cette nouvelle enquête passionnante, du début à la fin,  pour deux raisons principales : la première est que notre équipe est de nouveau réunie (dans le dernier tome, Adriana qui avait été gravement blessée, était hors-jeu et Paul était chargé de veiller sur elle ; or, elle n'est jamais meilleure que quand ils sont tous les trois pour enquêter...  ) la deuxième raison est que cette histoire est liée à la culture japonaise... et depuis toute petite, je suis fascinée par l'Asie en général, ses pays, ses coutumes, ses traditions et son Histoire millénaire qui n'a rien à envier à la nôtre, pour peu qu'on s'y intéresse... je n'étais donc pas en territoire totalement inconnu en abordant ce tome. Il est évident aussi que notre auteur a fait beaucoup de recherches sur ce pays afin que l'histoire de l'intrigue soit des plus crédibles mais aussi afin de respecter cette culture si marquée par son passé et l'honneur en général.


Mais comme toujours, laissez-moi vous raconter le début de l'histoire : bien évidemment, comme il s'agit d'un polar, je m'arrêterai très vite. Celle commence par un prologue qui se déroule à Tokyo mais en 1945. Nous y faisons connaissance d'un diplomate japonais, héritier de la haute noblesse, venu apporter ses sabres familiaux à l'armée américaine, conséquence d'une loi imposée après la défaite du pays. Or, parmi ceux-ci, se trouve un objet unique, le sabre le plus prestigieux de toute l'histoire du Japon, le "Honjo Masamune" qui fut créé au XIVè siècle et qui fut transmis, de génération en génération et de guerrier en guerrier, jusqu'à notre diplomate qui est en réalité l'un des derniers Shoguns de son pays. N'ayant pas d'autre choix afin de préserver sa famille, il le remet donc à l'un des soldats en poste dans sa ville en insistant pour que  le "Honjo Masamune" soit traité avec respect et remis au général MacArthur. Mais, à la fin du prologue, on apprend qu'il a disparu du bureau de police à la fin de décembre 1945 et que nul n'a jamais su ce qu'il était devenu.


   Le chapitre un, lui, se situe toujours au Japon mais cette fois à Kyoto, le 5 avril 2019 et l'on découvre une jeune femme, Chisaki Harada no Miyamoto, qui est en réalité une Okasan, c'est à dire une directrice de  maison de geishas qu'elle dirige une main de fer, protégeant "ses filles" comme une mère de famille mais devenant une maîtresse femme quand il s'agit de traiter avec les hommes voulant s'offrir les services de l'une d'entre elles. Attention, ce ne sont pas des prostituées (je vous laisse découvrir la différence) Mais vous devez vous demander quel est le rapport avec le prologue et surtout avec nos héros bien français ^^ Sachez simplement qu'un événement terrible s'est produit pour l'une des " filles" de notre Okasan et que celle-ci va jurer de faire payer le coupable, quel qu'il soit.

  Le chapitre 2, lui, se déroule toujours au Japon, toujours à notre époque mais au palais impérial... l'empereur Chõjiro songe à abdiquer et il se confie à son chef de la sécurité, Kenshin Ikeda no Miyamoto, un bel homme de 40 ans élevé selon le code des Samouraïs et qu'il considère comme un véritable ami aussi, lui demandant même son avis. L'empereur a deux fils et une fille mais cette dernière, pourtant visiblement la plus apte, ne peut régner en raison de son sexe. Kenshin lui suggère alors de changer la constitution pour le futur...On comprend aussi qu'il n'a que mépris pour l'héritier du royaume Daisuke et qu'il préfère le second, Eiji. Etrange... A la fin du chapitre, l'on saura qui l'empereur a choisi et ce choix, évidemment, ne pourra avoir que des conséquences, provoquant la joie de certains et la rancœur des autres.
   Vous devez toujours vous demander ce que ce début de roman atypique a comme lien avec notre équipe de choc... si vous avez lu le texte de présentation, vous savez que le sabre légendaire va être retrouvé à Paris et notre famille impériale va se déplacer pour le récupérer MAIS évidemment, si ce voyage en terres françaises ne semblait être qu'une simple formalité, vous imaginez bien qu'un tel objet ne peut attirer que les convoitises et notamment le marché noir de l'Art...mais toujours rien à voir avec notre équipe puisqu'ils sont plutôt chargés de traquer les tueurs en série... En revanche, c'est le domaine d'Enzo Battista, l'ami de Gabriel Gerfaut et bien sûr, il va....

 Non mais ne rêvez pas! Ne croyez pas que je vais vous raconter la suite ^^ à vous d'aller voir comment notre commandant préféré va se retrouver impliqué dans cette histoire de sabre légendaire et pourquoi il va devoir intervenir et surtout sur quoi lui et son équipe vont devoir enquêter. De même si vous avez lu le résumé, vous savez que le prince méprisé va être menacé mais par qui et pourquoi? sera-t-il le seul? et qui en veut autant à la famille impériale? et notre Okasan du chapitre 1, va-t-elle obtenir sa vengeance à Kyoto? et bien vous le saurez en lisant cet excellentissime tome 8 des Enquêtes du Commandant Gerfaut.

  Je vous préviens, une fois commencé, vous aurez du mal à le lâcher car une fois l'action lancée, on ne veut qu'une chose, savoir si la ou les intrigues vont se résoudre. Alors, bien sûr, ceux qui ne sont pas très au faîte de la culture japonaise vont peut-être avoir un peu de mal au début MAIS rassurez-vous, il y a de nombreuses explications qui vous permettront de vous y retrouver ;) En effet, toute cette huitième enquête est étroitement liée à L'empire du Soleil Levant, à ses codes et et à ses rites. Mais le Japon a aussi ses travers, ce n'est pas le paradis non plus, hein? même s'il continue à se moderniser (il est très en avance technologiquement parlant) il est encore très marqué par le patriarcat et la domination masculine. De plus, si les Samouraïs et Shoguns ont marqué nos esprits par des films, séries ou livres, là encore, sachez qu'ils ont leurs pendants noirs (Yakuza, Ninjas, assassins etc) ... C'est donc dans une culture lointaine et complexe que notre héros international  (mais adepte des arts martiaux) , va devoir naviguer mais vous le savez, Gabriel est à part : il est aussi à l'aise avec les ministres que les peuples autochtones du Brésil ou encore l'Empereur du Japon! C'est un policier hors-pair que tous respectent, qui ne respecte guère de règles (pauvre IGPN et pauvre "Vieux" ^^ ) pour arriver à faire aboutir son enquête mais qui est un homme de respect (j'espère que vous saisissez la différence) c'est donc pour cela qu'il arrive à comprendre aussi bien les enjeux liés à ce sabre et pourquoi il est si important pour certains personnages dont je ne dirai rien

   Si vous commencez la série par celui-ci, vous ne pourrez que craquer pour cet homme si brillant mais si simple en même temps, aimant et protégeant ceux qui comptent pour lui (amis, collègues et amour) mais qui est impitoyable avec ceux qui osent se mettre sur son chemin. Vous aimerez son franc parler, ses petits tiroirs, ses silences mais aussi son humour... enfin, je dirai que son couple avec Adriana le bonifie encore plus : non, non, rassurez-vous, il ne tombe pas dans le sentimentalisme, hein? ^^ on parle de notre Gabriel mais cela lui apporte une stabilité et un équilibre que vous ne pourrez qu'apprécier et aimer. 

  On retrouve donc avec joie cette dernière (absente ou quasi dans le tome précédent ) et j'adore comment elle se comporte avec lui : non seulement, c'est une brillante policière mais en plus, compagnon ou pas, quand elle a quelque chose à lui dire, elle ne se gêne pas! et c'est ainsi depuis le départ de la série. Au boulot, il est son patron et elle ne mélange pas tout  : évidemment, vous ne pourrez pas l'empêcher de se faire du souci encore plus pour lui car c'est une femme amoureuse mais il sait qu'il peut compter sur elle. Vraiment, j'apprécie beaucoup cette dynamique entre ces deux-là et maintenant que la question de leur couple est réglée, on se dit que leur duo va devenir encore plus riche qu'avant.  
    Quant à Paul, il aurait pu se sentir un peu écarté en raison justement de leur nouvelle relation mais absolument pas! Je vous l'ai dit, ils sont au travail et l'on ne mélange pas tout ! Bien sûr, quand ils sont tous les trois, ils plaisantent mais tout est fait avec tendresse et respect mais surtout, à eux trois, ils sont terriblement efficaces. On espère juste que notre célibataire de la bande finira par trouver la femme de sa vie, lui aussi, afin de connaître le même bonheur et équilibre que ses amis ou Enzo et sa femme. 

  J'ai adoré retrouver le Commandant Marcelli (ou "Le Vieux") le seul, quasi avec Adriana, à pouvoir un peu contrôler notre électron libre et qui a une relation quasi paternelle avec Gabriel et celui-ci le lui rend bien : gare à celui qui oserait s'en prendre à son supérieur. Et bien sûr, son ami Enzo Battista qui est le héros du roman "Meurtres Château-Arnoux" (qu'il faut que je lise très vite)  et qui devient, à notre plus grand plaisir, un personnage récurrent que l'on retrouve avec plaisir car il est du même acabit que Gabriel. 

  Dans chaque tome, il y a des personnages secondaires : certains que vous adorerez et d'autres évidemment que vous souhaiterez morts,  quasi depuis le départ : moi, j'ai succombé au charme de cet homme extraordinaire qu'est Kenshin : c'est un homme d'honneur, de respect, héritier des derniers guerriers japonais et son charme provient à la fois de son physique mais surtout de ce qu'il est, intrinsèquement parlant : bref, je l'ai adoré dès les premières pages où il a fait son apparition et... bref, j'en resterai là. 

 J'ai aussi aimé l'empereur du Japon, Chõjiro, un homme un peu suranné, prisonnier d'une tradition millénaire mais brillant aussi. Il impose le respect (y compris à son fils détestable) mais sait se montrer simple et reconnaissant et c'est surtout quelqu'un de très intelligent : vous comprendrez pourquoi Gabriel lui plait autant. Son second fils semble lui faire honneur et est doté des mêmes qualités que son père. En revanche, son frère Daisuke est tout ce que l'on peut détester chez un homme ayant du pouvoir, en usant, en abusant et n'ayant aucun respect pour autrui, si ce n'est que pour ceux qui serviront son propre intérêt. 
   Il y en a bien sûr d'autres mais je vous laisse les découvrir.

 Je terminerai en vous disant que si vous connaissez la série, vous allez adorer ce nouvel opus qui est encore meilleur que le précédent et qui vous tiendra en haleine du début à la fin. Si vous la débutez avec ce tome, vous n'aurez qu'une envie, aller lire les autres pour mieux comprendre quelques événements et découvrir les autres enquêtes de ce policier tellement à part et auquel vous succomberez, vous aussi. L'écriture est addictive, sérieuse et montre un travail pointu de recherches donc, si vous êtes exigeants, vous ne pourrez qu'être comblés.  Attendez-vous enfin à passer par différents sentiments (joie, tristesse, colère, peur...)  et je suis sûre que, comme moi,  vous maudirez Gilles à un certain moment (et même si cela se comprend pour la narration) : sachez que moi, je lui en veux beaucoup pour  la :/  chuttttttttttttttttttttttttttttttttttttt ^^ revenez donc m'en parler ^^   

  Je n'ai plus qu'une chose à dire : vivement le prochain!!! en tout cas, celui-ci (clin d'oeil à l'auteur)  fait partie de mon top 3 ^^. 

 J'en profite pour vous rappeler que vous pouvez retrouver toutes les chroniques des 7 premiers tomes sur le blog (je les rajouterai ici plus tard) 

Pour l'acheter, c'est donc ici : ebook  ou https://amzn.to/2rz0GEb

Aucun commentaire :

Publier un commentaire